Lampes de luminothérapie : un bon moyen pour prolonger l’été !

La lampe de luminothérapie, un moyen simple de se remonter le moral et de combler le brusque manque de lumière du soleil.

Avec la rentrée et l’automne qui approche, on peut se sentir parfois un peu déprimé. C’est la fin des vacances et du bon temps, et il faut retourner au travail et la lumière décroit.  La plupart des gens ont un travail qui ne les passionne pas (ou pas de travail du tout (!)) et la motivation fait souvent défaut. En plus parait-il que les Français sont les plus déprimés du monde, derrière les Irakiens ou les Afghans !

Cette période entre septembre et novembre, entraine souvent une petite baisse de régime que l’on nomme « dépression saisonnière ». C’est tout simplement lié au fait qu’on passe de la pleine lumière du soleil dont on profite en extérieur pendant les vacances, à la lumière souvent trop faible des bureaux ou de la maison.

La solution : les lampes luminothérapie

On parle de luminothérapie lorsque l’on « soigne » -thérapie, par la lumière « lumino ». Les lampes luminothérapie ont pour fonction de combler le manque de lumière naturelle. Ainsi, naturellement on se sent mieux et le brusque ralentissement hormonal n’est plus si brusque puisque le cerveau capte de nouveau une lumière en quantité suffisante.

Lampes luminotherapie de bureau

Exemple de lampe de luminothérapie de bureau

La luminotherapie médicale

On parle de cette technique car souvent elle est pratiquée par un professionnel de santé ou un hôpital pour traiter les dépressions graves. Le terme « médical » fait aussi référence aux normes médicales que la plupart des appareils doivent respecter : il s’agit d’un agrément médical, en général la classe 2A.

La luminothérapie : des effets secondaires ?

La réponse est non. En tout cas pas d’effets secondaires sérieux nécessitant l’arrêt des séances de luminothérapie. De plus en plus de personnes utilisent des lampes de luminothérapie : c’est un traitement non invasif, naturel, sûr, efficace… et sans effets secondaires.  On parle plus de petites gênes comme par exemple :

  •         sécheresse ou irritation de l’œil
  •         mal  de tête
  •         agitation, nervosité
  •         nausée

Ces sensations atteignent un niveau bénin et apparaissent souvent dès les premières séances d’exposition. Elles disparaissent ensuite naturellement au fur et à mesure des séances, le temps que le cerveau s’adapte à cette nouvelle source de lumière.

Voir une sélection de lampe luminothérapie.

Cette entrée a été publiée dans Luminothérapie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *